Autrefois surnommé l’île verte, Madagascar attire de nombreux touristes venant des quatre coins du monde, mais en particulier de l’Europe. La grande île intéresse en effet dans la plupart des cas des touristes français, étant donné que la langue française fait partie du quotidien de la population. Lacs, sites culturels d’exception, sites touristiques, parcs nationaux et autres : les lieux promettent des visites inoubliables pour un séjour mémorable…
… Vous projetez de visiter la capitale Antananarivo, d’autres zones touristiques comme Antsirabe, Itasy ou des zones côtières du côté de Nosy Be, Sainte-Marie, Tuléar ou Fort Dauphin ? Bien avant votre départ, pensez à engager toutes les formalités administratives nécessaires.

Obtenir un e-visa en ligne pour Madagascar, est-ce possible ?

Avant d’entrer dans la grande île, vous devez disposer d’un passeport encore valide pour 6 mois à compter de la date de retour.

Ce dernier devra également présenter au moins 3 pages blanches dont les deux doivent être des pages face à face. À part le passeport, l’entrée dans la grande île est aussi conditionnée par la possession d’un visa provenant de l’ambassade du pays ou d’une agence spécialisée. À ce sujet, peut-on obtenir un e-visa en ligne pour Madagascar ?

Eh bien, à l’heure actuelle où les formalités administratives tendent à se numériser, Madagascar n’en fait pas exception. En effet, depuis le début de l’année 2018, il est désormais possible d’obtenir son e-visa touristique en ligne pour visiter l’île. Infalsifiable, ce visa électronique vous permettra bien d’éviter les arnaques fréquentes qui touchent bon nombre de touristiques français et européens. Aussi, l’e-visa est avantageux dans l’optique où l’on peut gagner du temps dans la réalisation des formalités administratives. Plus besoin d’attendre des heures, voire des jours, pour obtenir son visa ! Toutes les démarches peuvent se faire en ligne.

Pour obtenir son visa électronique pour Madagascar, il vous suffit de remplir un formulaire sous format numérique et d’effectuer le paiement avec votre carte de crédit. L’e-visa vous est normalement délivré en quelques heures s’il n’y a aucune complication.

Quelques points à noter sur l’e-visa

L’e-visa Madagascar est un visa biométrique et électronique établi par le Ministère de la Sécurité Publique à Madagascar pour rendre l’accès au territoire malgache plus facile et moins contraignant.

Il présente les mêmes fonctions que le visa traditionnel avec des procédures de demande qui se font 100 % en ligne.

L’e-visa Madagascar équivaut généralement à un visa touristique classique avec une durée de séjour n’excédant pas les 3 mois et est à entrée simple. A priori, tous les pays du monde entier sont éligibles à ce visa électronique. Toutefois, il faudra faire sa demande en ligne au plus tard 72 heures avant la date prévue pour le départ. Seuls les personnes diplomates et représentants d’organismes internationaux ne sont obligés d’engager les procédures pour obtenir un visa.

À l’issue de votre demande d’e-visa Madagascar en ligne, trois cas peuvent se présenter :

  • Autorisation accordée: vous êtes autorisé à voyager dans la grande île et vous obtiendrez votre visa à votre arrivée à l’aéroport international d’Ivato sis à Antananarivo, la capitale ;
  • Voyage non autorisé: l’e-visa est non autorisé. Dans ce cas, pour pouvoir vous rendre sur la grande île, il vous faudra passer auprès de l’ambassade de l’île dans votre pays pour demander un visa temporaire ;
  • Autorisation en instance: la réponse à votre demande vous sera bientôt donnée dans un délai maximum de 72 heures. Vous pourriez suivre l’avancement de votre demande via email.

Le visa, un document administratif essentiel pour aller à Madagascar

La nécessité d’un visa pour aller à Madagascar n’est plus un fait à démontrer.

Que vous soyez de nationalité française, belge, anglaise, allemande ou autre, vous devez absolument obtenir un visa avant d’entrer dans la grande île, et ce peu importe la durée du voyage.

Pour un voyage de court séjour, les autorités malgaches délivrent généralement un visa tourisme ou visa L. Ce visa est valable pour une durée maximale de 3 mois à partir de la date de délivrance. Au-delà de cette période, on devra envisager d’autres formalités administratives pour pouvoir rester dans l’île.

Visa tourisme : le temps et le coût à prévoir pour son obtention


Antananarivo, Antsirabe, Fianarantsoa, Tuléar, Tamatave, Majunga, Isalo, Sainte-Marie ou Diégo-Suarez, peu importe le lieu de destination à Madagascar, il est impératif d’obtenir son visa tourisme avant le départ. Le délai à prévoir pour obtenir un visa temporaire classique à Madagascar est généralement de 7 jours ouvrés. Pour le cas d’une demande effectuée à distance, ce délai peut varier jusqu’à 2 semaines. Dans cette optique, il est conseillé de lancer sa demande bien à l’avance.

Pour ce qui est du coût, il faut généralement compter 27 € pour faire son visa. Ce prix est fixé par personne et est valable dans le cas où vous vous occupez vous-même des démarches administratives à réaliser. Si vous faites appel à une agence spécialisée, il faudra prévoir des surcoûts en plus, des surcoûts qui peuvent bien en valoir la peine.

Quels documents fournir pour obtenir un visa à Madagascar ?


Bien évidemment, pour obtenir un visa à Madagascar, il faudra fournir quelques documents essentiels, à savoir :

  • 1 passeport original ;
  • 2 exemplaires du formulaire de demande fourni par l’ambassade ;
  • 2 photos d’identité similaires en couleur ;
  • 1 photocopie des billets de vols aller-retour.

Ces documents sont valables pour le cas d’un ressortissant français. Pour les autres nationalités, d’autres documents supplémentaires peuvent être exigés. Aussi, si vous êtes un mineur ou que vous prévoyez de voyager avec des enfants, des documents supplémentaires sont généralement exigés.

Que se passera-t-il à son arrivée à l’aéroport ?

Une fois arrivé à l’un des aéroports internationaux de Madagascar, il vous sera demandé de passer dans l’allée réservée aux personnes non résidentes avec passeport étranger. Les contrôles classiques obligent la fourniture de :

  • un passeport valide ;
  • un billet électronique ;
  • un billet d’avion de retour ;
  • un visa ;
  • une adresse valide pour l’hébergement.

Si vous n’avez pas encore obtenu de visa, il vous est possible d’en obtenir un à l’aéroport. Le droit du visa dépend généralement de la durée prévue pour le séjour et varie entre 35 à 50 €. Ce visa n’est ni prorogeable ni transformable. Il ne vous donne pas aussi droit à exercer une activité rémunérée pour gagner de l’argent. Valable pendant 3 mois au maximum, vous devez alors repartir dans votre pays d’origine une fois ce délai expiré. Toutefois, il est possible de prolonger le séjour sous certaines conditions. Pour ce faire, il vaudrait mieux se renseigner auprès de l’ambassade du pays. Vous pourriez obtenir un visa prolongeable jusqu’à plus de 5 ans en engageant des procédures administratives pendant 1 mois.

Après avoir reçu votre autorisation de débarquement, vous devriez vous rendre auprès du guichet de la PAF pour obtenir une vignette sécurisée d’un montant de 10 €. Cette vignette vous est taxée comme contribution aux actions menant au développement du tourisme dans la grande île.

Quelques formalités douanières à respecter à Madagascar

L’achat de la vignette touristique est une obligation à respecter pour tout touriste qui souhaite visiter la grande île.

Depuis 2005, la monnaie courante est l’Ariary (Ar). Il est possible de changer ses billets en euros en Ariary auprès de nombreux organismes d’échanges dans le pays.

A priori, toutes les banques situées en ville sont dotées de distributeurs de billets automatiques qui acceptent des cartes bancaires internationales. Cependant, la Visa est mieux acceptée par rapport à la MasterCard. Il serait donc préférable pour vous d’emporter votre carte Visa pour votre séjour à Madagascar.

À noter que les formalités douanières interdisent la sortie d’une somme supérieure à 400 000 Ar hors du pays. Pensez donc à ne pas dépasser cette somme pour éviter tout problème lors des contrôles habituels.

Que peut-on rapporter en France après son séjour à Madagascar ?

Vous pouvez rapporter différentes marchandises avec une quantité limite à respecter. Il est notamment possible de rapporter ces quelques marchandises en France :

  • le tabac ;
  • l’alcool ;
  • les bijoux ;
  • la vanille ;
  • les épices.

Pour le tabac, le poids moyen acceptable est de 250 g par personne. Pour l’alcool, on peut emporter :

  • 4 litres de vin ;
  • 16 litres de bière ;
  • 1 litre de boisson alcoolisée à moins de 22 ° ou 50 cl dépassant ce dosage.

Pour ce qui est des marchandises en particulier, il est possible de rapporter 1 kg de bijoux en présentant un certificat de change, 2 kg de vanille préparée et plus de 1 kg d’épices. À noter qu’il est interdit d’exporter des pierres précieuses sans autorisation ainsi que des objets à valeur culturelle importante comme les totems funéraires dans le sud de l’île ou les « aloalo anciens ». Vous ne pouvez pas non plus ramener des animaux endémiques comme :

  • les lézards ;
  • les tortues ;
  • les makis…

Les précautions à connaitre avant son séjour à Madagascar

Bien avant votre séjour à Madagascar, il est important de connaitre certaines précautions pour éviter tout problème pouvant se manifester pendant son voyage.

Ces précautions concernent :

  • la sécurité ;
  • les us et coutumes ;
  • la santé et la vaccination ;
  • les moustiques ;
  • les autres maladies.

La sécurité

Le ministère des Affaires étrangères à Madagascar informe tous les voyageurs sur les risques élevés associés à la criminalité dans la grande île. Pour éviter toute situation dangereuse, il est alors recommandé de :

  • proscrire tout déplacement à pieds quand il fait nuit. Vous pouvez très bien recourir aux services d’un taxi pour un prix abordable ;
  • éviter le transport d’une somme importante ou d’objet valeureux pouvant solliciter la convoitise, surtout dans certains quartiers de la capitale ;
  • changer ses devises auprès des banques ou de points de change avec des mesures sécuritaires élevées pour éviter de se faire voler son argent et d’être agressé ;
  • bien fermer les vitres de son véhicule loué ;
  • ne pas se promener dans la rue pendant la nuit ;
  • éviter le camping sauvage.

Pour plus de sécurité, vous pouvez vous inscrire au programme Ariane lancé pour :

  • recevoir des recommandations sécuritaires par email en cas de besoin ;
  • connaitre si le pays est en état de crise pour annuler son vol.

Les us et coutumes malgaches

Les Malagasy accordent une importance capitale aux us et coutumes. Si vous prévoyez de partir en excursion, il serait bien envisagé de payer un guide pour connaitre les interdits ou « fady » pour un lieu donné. De cette façon, vous serez moins exposés au préjudice du lieu en question. Concernant les tenues à porter, pratiquer le nudisme ou porter des tenues indécentes surtout pour les femmes peut mener vers des tentatives de viol.

À titre d’information, à Madagascar, toute violence physique ou sexuelle appliquée à une jeune fille mineure moins de 18 ans est passible d’emprisonnement avec une durée variable en fonction des cas :

  • mineurs entre 15 à 18 ans : emprisonnement de 5 à 10 ans ;
  • mineurs moins de 15 ans : travaux forcés soumis à perpétuité.

La santé et la vaccination


En raison de la situation économique du pays, Madagascar ne possède pas encore d’infrastructure hospitalière opératoire très précise. C’est pourquoi il est conseillé de s’affilier à une assurance rapatriement si l’on prévoit de rester pendant plus d’un mois dans le pays.

A priori, aucune vaccination obligatoire n’est imposée aux touristes étrangers, sauf pour le cas de voyageurs provenant de pays infestés. Les vaccins doivent être réalisés 10 jours avant la date prévue pour le départ. Il serait indispensable de faire ces quelques vaccinations pour anticiper les cas de maladies fréquentes dans le pays :

  • vaccin contre la diphtérie ;
  • vaccin contre le tétanos et la poliomyélite ;
  • vaccin contre les hépatites A & B ;
  • vaccin contre la rage. 

Les moustiques

Les moustiques sont un sujet à part entière dans un pays à haut risque de paludisme comme Madagascar. Le niveau de risque est d’autant plus élevé dans les zones périphériques et côtières. Dans cette optique, pour anticiper tout type de maladie due aux piqûres des moustiques, il faudrait prévoir :

  • des traitements antipaludiques (Atovaquone & Proguanil, Doxycycline, Méfloquine) ;
  • de bons moyens de protection (répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires antimoustiques)…

Les autres maladies

Dans les zones rurales et urbaines, on peut vite contracter différents types de maladies imprévisibles comme la peste ou le choléra en période infectieuse. En temps normal, en circulant en ville, vous pouvez rapidement contracter la grippe ou autre. Dans cette optique, il vous est recommandé de suivre ces quelques prescriptions :

  • pensez à vous laver fréquemment les mains ;
  • buvez uniquement des eaux et boissons traitées ;
  • consommez des aliments cuits et chauffés ;
  • ne restez pas dans un endroit où le niveau de pollution est élevé ;
  • éloignez-vous des animaux pour ne pas contracter la rage.

Quelques précautions supplémentaires

D’autres précautions supplémentaires sont à rajouter pour un niveau de sécurisation plus élevé.

Si vous vous baladez dans une zone proche d’eau douce ou d’une rivière, évitez toute baignade dans l’eau pour ne pas contracter la bilharziose ou d’autres parasitoses. Un chapeau et des lunettes de soleil ainsi qu’une crème solaire sont essentiels pour se protéger des rayons du soleil en plein jour. N’oubliez pas d’emporter une bouteille d’eau avec vous pour éviter toute déshydratation.

Vous prévoyez de passer dans une zone côtière de l’île ? Ne vous baignez que dans des zones assurées non dangereuses par la population locale. Certaines zones côtières sont infestées de requins et animaux marins dangereux.

Il est aussi bon de savoir que Madagascar est souvent frappé par des tempêtes tropicales et cyclones entre les mois de décembre et d’avril, et les zones les plus touchées se situent dans la partie est de l’île. Si vous prévoyez de visiter Sainte-Marie, Tamatave ou Antalaha (la capitale de la vanille), il serait alors préférable d’organiser votre séjour entre le mois de juin et de novembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.